LA RÉCOLTE DES LAITUES – VISITE DES « PETITS CAILLOUX BLANCS »

LA RÉCOLTE DES LAITUES – VISITE DES « PETITS CAILLOUX BLANCS »

Cette laitue Bio Française, pousse à moins de 9 km d’ALTERBIO. Alors que les surfaces de salades ne cessent de baisser dans le Roussillon depuis plusieurs années, les producteurs COULEUR MIDI continuent à cultiver de belles laitues, et nous les soutenons !

ZOOM PRODUCTEUR – LES PETITS CAILLOUX BLANCS – FAMILLE BONELL

Pierre et Marie Bonell, arboriculteurs engagés dans l’agriculture biologique depuis 40 ans font de la salade, savez-vous pourquoi ?

Pierre et Marie Bonell en pleine récolte de salades sous tunnels froids.
La laitue est coupée à la main et directement rangée en caisse. Un emballage « complexe kraft » la protège pour préserver la fraîcheur (Exit le plastique dans les caisses ! )
Fraîche du matin, Pierre apporte à ALTERBIO en début d’après-midi ses 100 caisses !
Cette salade pousse à seulement 9 km du site ALTERBIO.

Au bout du chemin des Petits Cailloux Blancs, l’exploitation familiale Bonell…

Plantés en 1980, les vergers sont visibles aujourd’hui à perte de vue… ce sont plus de 10 000 pêchers – nectariniers et 1000 abricotiers ! Le nom « Les Petits Cailloux Blancs » c’est l’idée de Pierre, car le sol y est très graveleux et de couleur claire. Depuis 1983, 100% des terres sont certifiées en agriculture biologique.
Au centre de l’exploitation, on trouve un espace maraîchage de 1400 m² où Pierre alterne les cultures. En été, il y pousse des melons et en hiver, chaque année un légume différent. Cette année, Pierre est heureux de récolter de belles laitues !

La récolte de laitues bat son plein en janvier !

Rentrer dans un tunnel de salades c’est toujours impressionnant… Voilà plus de 19 500 salades à nos pieds, prêtes à être coupées et savourées !
La récolte se passe uniquement le matin au lever du jour pour garantir une belle tenue de la salade. Chaque laitue est cueillie à la main, elle est déjà propre (l’avantage du tunnel et du paillage) si nécessaire quelques feuilles sont enlevées pour un visuel parfait. Le conditionnement se fait en direct sous le tunnel. Les 100 colis seront livrés en début d’après midi sur la plateforme d’Alterbio (situé à 9 km) par Pierre lui même.

Pourquoi  le maraîchage en plus de l’arboriculture ?

Pierre est ingénieur agronome. Avant d’être à son compte il y a plus de 40 ans, il était chef de culture dans une conserverie biologique locale à Bages. Il avait déjà un savoir-faire dans la culture de légumes biologiques. C’est donc naturellement qu’il a démarré son activité en 1980 en maraîchage et en arboriculture avec 3 cultures : les pêchers (de mai à début septembre), les courgettes (de mi-septembre à fin décembre) et la scarole en plein champ (de mars à mai). Vous l’aurez compris, Pierre est un passionné de travail et des produits de la terre ! Après 25 ans, Pierre a choisi de recentrer 75% de son activité sur l’arboriculture en s’équipant davantage. Puis il a arrêté les courgettes et les scaroles de plein champ.

Mais en 2016, suite à la perte de plusieurs arbres touchés par la maladie de la Sharka, il a dû s’adapter à la nature …. en re-pensant une nouvelle fois son exploitation. Pour relancer le maraîchage, il a investi dans deux tunnels « je me suis fais ce cadeau à l’âge de la retraite  » nous confie-t-il. Sa femme s’en réjouit car c’est un réel confort de travail « à l’époque on cueillait la scarole en plein champ, c’était un travail très éprouvant physiquement en plein hiver, nous avions les mains gelées. »

« Le maraîchage sous abri nous permet avant tout de maintenir une activité en hiver qui complète les revenus des arbres fruitiers. Les tunnels sont aussi occupés l’été avec les melons. Il est aussi question d’assurer une charge de travail à notre ouvrier permanent. » explique Pierre.

La laitue, une histoire de cœur pour Pierre

« C’est une culture traditionnelle que je maîtrise. Cultiver la laitue blonde, c’était un souhait personnel. » explique Pierre.

Pierre ne raconte pas de salade, lorsqu’il dit bien connaître la laitue !  Il s’en occupait déjà enfant à 10 ans pendant les vacances sur les petites parcelles familiales… Et lorsque en 2016, il a été question de re-diversifier ses cultures. La laitue était une évidence pour lui et un souhait personnel important qui s’est parfaitement bien intégré avec les autres légumes recommandés par Nathalie (notre responsable de filière ALTERBIO). D’une année sur l’autre, il alterne ainsi laitue, épinard, céleri, chou rave, melon.

« L’équilibre est trouvé grâce à la rotation de culture ! depuis 2016, je n’ai jamais utilisé ne serait-ce qu’un gramme de produit phytosanitaire autorisé dans le cahier des charges de l’agriculture biologique ! » explique Pierre.